Les gens sur la photo

Dusty Memories ©Amalia Jane


Je me demande s’il existe d’autres objets que l’on peut ainsi acheter sans en devenir propriétaire.
À qui sont les photos de mon enveloppe ?
À celui qui les a prises, à ceux qui figurent dessus, à moi qui les ai achetées ?
L’achat fait de moi la propriétaire de l’objet photo mais quels droits ai-je sur les gens qui y figurent ? Puis-je disposer de leur image ? Les dix euros à peine que m’aura coûté cet achat (mais en aurait-il valu dix millions que cela ne changerait rien) me rendent-ils propriétaire de leurs visages, des scènes de famille et de leurs décors ?
Celui qui détient les photos possède ces instants qu’on a voulu figer et puis dont on s’est séparé.
Je suis dépositaire de souvenirs qui ne m’appartiennent pas.

Les romans sont des abris où retrouver les disparus. Écrire, c’est construire leur refuge, assembler des branchages, bâtir des murs, préparer des lits, penser à la liste des courses et aux chansons que l’on chantera après le repas.

 Isabelle Monnin - Les gens dans l’enveloppe (JC Lattès-2015)

Commentaires