Alias Ali, de Frédéric Roux (Fayard, 2013)



Vole comme un papillon, pique comme une abeille.

Par quels détours ce roman a-t-il atterri dans ma liseuse ? Je n’en ai plus aucune idée.
Je ne connaissais pas l’auteur (enfin, ce n’est pas tout à fait vrai puisque depuis j’ai vérifié sa bibliographie et je me suis souvenu avoir beaucoup entendu parler de L'hiver indien) et je ne m’intéresse pas particulièrement au monde de la boxe.
En fait de roman, il s’agit plutôt ici d’une biographie de « The Greatest », mais d’une biographie au style bien particulier : Frédéric Roux a sélectionné dans les archives des extraits d’articles, d’interviews, de commentaires radiotélévisés... qu’il a ensuite assemblés chronologiquement pour dresser le portrait de ce champion hors catégorie figure légendaire tout autant adulée que controversée.
Défilent ainsi les intimes du boxeur, ses amis, sa famille, ses coaches, ses adversaires, les journalistes, les politiques, les célébrités... toutes les personnes que le champion du monde poids lourds a croisées ont une anecdote, un détail, un avis, une pierre à apporter à la construction de la statue du commandeur Ali.

Plus subtil et plus efficace qu’il pourrait paraître à première vue, le procédé du collage met en évidence les contradictions, les divergences de points de vue et, donc, la complexité de la personnalité d’Ali. Comme le montage d’un épisode de Strip-Tease, le montage de cette biographie parle de lui-même et ne nécessite aucun commentaire extérieur aux protagonistes.
Je n’ai aucune culture pugilistique (et sportive en général). Or, les citations ne sont suivies que par le nom de la personne, pas même sa fonction. Du coup,  je n’ai pas toujours su identifier quel était la nature du lien qui existait entre certains intervenants et Ali. J’aurais grandement apprécié que les noms soient suivis de la qualification de la personne, voire même de quel support la citation a été extraite. Ou tout au moins, que cela figure dans un index des personnages cités.

À la hauteur de l’icône qu’Ali est devenu, la biographie dépasse sa seule personnalité, son sens du spectacle, son goût pour la provocation, ses convictions religieuses et politiques, pour évoquer des épisodes essentiels de l’histoire américaine comme le combat de Martin Luther King pour les droits civiques, l’opposition à la guerre du Vietnam, l’avènement de la Nation of Islam et de Malcom X....
À cet égard, par sa double dimension personnelle et historique, le destin d’Ali est passionnant, qu'on aime ou pas la boxe.

Extraits

Commentaires

  1. Je note mon African American History Month Challenge parce que je ne connais pas bien Mohamed Ali mais j'avais adoré le documentaire «when we were kings» sur son combat contre Forman en Afrique (et pourtant je ne suis pas fan de boxe non plus!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacré personnage qu'Ali ! Et ce qui le rend encore plus passionnant, c'est que "pendant trente ans, il a été le baromètre le plus juste de l’histoire américaine", ainsi que le résume si justement un des protagonistes du roman.
      Sinon, pour ton African American History Month Challenge, as-tu vu ce monument qui vient d'être réédité à l'identique de 1934 ? C'est une sacrée somme (912 pages!) mais ça me semble diablement intéressant (si tu cliques : "lire un extrait" tu as accès à la table des matières). Mon unique hésitation (malgré le prix) : je me demande s'il ne vaut mieux pas que j'attende la traduction en français...

      Supprimer
    2. Je suppose que le mot monument représente un lien, mais ça ne fonctionne pas.

      Supprimer
    3. Bon, côté aptitudes techniques, je suis définitivement grillé. La prochaine fois je me contenterai de coller le lien hypertexte tout simplement :-D
      Voici donc le lien vers la réédition à l'identique de la Negro Anthology de Nancy Cunnard (1934) : http://www.nouvelleseditionsplace.com/produit/negro-anthology/#tab-id-2
      Enjoy !

      Supprimer
    4. Ah oui, ça doit être passionnant! mais la taille (et le prix un peu quand même ;-) m'arrête et je ne pense pas que ma médiathèque achète ;-)

      Supprimer
    5. La taille ne m'effraie pas plus que ça, parce que je n'ai pas l'intention de le lire d'une traite, mais plutôt de venir y picorer de temps à autre. Le prix, en revanche, me fait hésiter... mais uniquement sur le fait de décider quelle version, VO ou VF, privilégier. Car effectivement, je ne pense pas que ce soit un ouvrage auquel on puisse avoir accès facilement. Une idée cadeau à garder dans un coin de sa tête :-D

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires sont modérés pour éviter les spams).