Récap d'avril 2019


Carol Rifka Brunt - Tell the wolves I'm home (Dial Press, 2012)
Joseph Boyden (sous la direction de) - Kwe, Standing With Our Sisters (Penguin Random House, 2014)
Bryan Washington - Lot, Stories (Riverhead Books, 2019)
Wystan D. Owen - Other People's Love Affairs (Algonquin Books, 2018)

*  *  *  *  *  *  *  *
Les mois se suivent et ne se ressemblent pas... Avril aura été maigre, "lecturement" parlant.
4 livres dans le mois, et encore ! Le roman a été entamé en mars, et il me reste encore une dizaine de pages du dernier recueil de nouvelles pour ce soir...
Ça n'empêche pas que ce cru d'avril aura été du genre millésime, tant j'ai été emballé, emporté, touché par mes lectures. Aucune fausse note, rien que du bon, voire de l'excellent.

En réalisant la mosaïque des couvertures, je me suis aperçu que j'avais lu 100 % en langue anglaise, fait plutôt rare, car j'ai tendance à plus ou moins alterner VO/VF, histoire de reposer un peu mes neurones. (déjà fortement sollicités en temps normal !)
Autre singularité de ce mois d'avril : il ne vous aura pas échappé que 3 des 4 livres sont des recueils de nouvelles. Signe probant du sérieux avec lequel je me prépare pour la nouvelle édition de Mai en nouvelles de Marie-Claude et Electra (Le Caribou et Cendrillon, pour les intimes).
(en "vrai", on est censés lire les recueils en mai et en parler dans la foulée, mais je me connais, je sais que je n'en suis pas capable, donc je prends un peu d'avance. Malheureusement, ça ne garantit par pour autant que je serai prêt à temps :-( Reste que la motivation et l'enthousiasme sont là... et que cela me permet de faire de belles découverte et d'avoir ben du fun avec s't'affaire là !)

Commentaires

  1. Je suis ravie que tu aies aimé "Tell the wolves I'm home". J'avais aussi été super touchée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une très belle histoire sur l'amour et sur l'absence.

      Supprimer
  2. C'est donc un très bon mois d'avril, après tout c'est la qualité qui compte !
    Et c'est-à-dire : "on est censés lire les recueils en mai pour en parler dans la foulée" ?! Personne ne saura que j'ai lu plus de la moitié des recueils que je vais chroniquer en avril, comme toi (comment ça, je viens de le dire ?)....
    Il me tarde maintenant de lire tes chroniques (histoire de te rajouter un peu de pression....). Et bravo pour la lecture en VO, c'est un de mes grands regrets que de ne pouvoir, de temps en temps, lire "dans le texte"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai aucun mérite à lire en anglais, c'est juste une partie de mes études. J'aime bien, quand j'en ai l'occasion et le courage, me plonger dans le texte original plutôt que dans la traduction. C'est aussi l'occasion de découvrir des textes pas encore traduits ou même parfois qui ne le seront jamais.
      Maintenant, je crois qu'il va falloir te montrer encore un peu patiente avant de lire mes chroniques... Contrairement à ce que j'avais espéré, l'activité au boulot est encore soutenue, et le soir, je n'ai plus vraiment l'énergie suffisante pour me (re)mettre à écrire. En même temps, ça serait vraiment ballot d'avoir lu ces belles nouvelles et ne pas profiter du Mai en nouvelles pour les partager...

      Supprimer
  3. Je ris parce que j'ai Lot sur mon Kindle, mais que je n'avais pas vu qu'il s'agissait de nouvelles. Je crois que j'ai assez de recueils (sans le faire exprès) pour "mai en nouvelles". J'attends ton billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu devrais aimer Lot. L'auteur a tout juste 26 ans !
      Je suis allé voir ce qui se disait sur Goodreads. Ce sont principalement trois reproches qui sont faits et qui ne m'ont pas le moins du monde gêné, à savoir : des libertés prises avec la ville de Houston (m'en fous, connais pas), des comparaisons (défavorables) avec Junot Diaz (que je n'ai pas lu) et un langage familier jugé grossier, voire offensant (ça ne m'a pas dérangé dans le contexte). Bref, moi, j'ai adoré.

      Supprimer
  4. Les deux premières couvertures m'intriguent fort !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le premier, le roman de Carol Rifka Brunt, a été traduit en français est est paru en 2015 chez Buchet-Chastel sous le titre : Dites aux loups que je suis chez moi.
      Le second est un recueil de nouvelles inédit chez nous, pour une raison qui peut se comprendre. Tu en sauras plus bientôt ;/

      Supprimer
  5. Il vaut mieux peu et très bon que le contraire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, mais j'ai le gros défaut de toujours vouloir le meilleur, soit beaucoup et très bon :-D :-D

      Supprimer

Publier un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires aux anciens posts sont modérés pour éviter les spams).