Récap d'octobre 2020

 
 
 Andrew O'Hagan - Mayflies (Faber & Faber, 2020)
 
 Muriel Gilbert - Au bonheur des fautes. Confessions d'une dompteuse de mots (Vuibert, 2017)
Laurent Mauvignier - Histoires de la nuit (Minuit, 2020)
  
Philip Glass - Words without Music (Liveright, 2015)
   
Arnaud Cathrine - Les Choses impossibles (L’École des Loisirs Medium, 2002) 

*   *   *   *   *   *   *

Octobre a été très contrasté, au moins en ce qui concerne mes lectures.
J'ai entamé le mois par un abandon qui venait couronner la tendance morose de septembre, ce qui ne présageait rien de bon pour la suite.
 
Histoire de conjurer ce mauvais augure, j'ai délaissé les romans pour me jeter sur un petit bouquin sympa consacré à une de mes marottes : la correction. 
Bonne pioche ! Non seulement je me suis régalé, mais ça m'a redonné suffisamment d'allant pour que je sois dans les meilleures conditions pour m'attaquer au nouveau Mauvignier, dont je guettais la sortie depuis un petit moment déjà. L'attente commençait à être longue mais ça valait vraiment la peine. 
Un gros coup de cœur !
 
J'ai poursuivi, sur ma lancée, en sortant une autobiographie qui attendait gentiment son tour depuis plusieurs années. Là encore, chouette et instructive lecture.
 
Enfin, le hasard a récompensé ma sale manie d'arriver systématiquement en avance. (de crainte d'être en retard) Je suis allé fureter en bouquinerie en attendant qu'ouvre la boutique où je devais aller retirer mes achats. J'y ai mis la main sur une petite pépite jeunesse que j'ai dévorée en un rien de temps. 
Ainsi, octobre s'est achevé de la plus belle façon qui soit ! (en matière de lecture, tout au moins)

 
 
Cette fois-ci, j'ai eu le temps de rédiger des chroniques distinctes pour chacun de ces livres.Je les publierai, en allant, dans les jours qui viennent.
Pour commencer, pour moi plus que pour vous, je laisse ici quelques mots à propos de mon abandon :

Andrew O'Hagan - Mayflies (Faber & Faber, 2020)
Manchester, l’Angleterre des années Thatcher, la musique des années 80 et l’ombre des Smith, une amitié qui va marquer toute une vie… Quand Damian Barr a mentionné ce roman parmi ses récents coups de cœur,  je me suis dit qu’il avait toutes les chances d’en devenir un pour moi aussi. 
Las ! Arrivé au tiers du roman, je n’avais croisé qu’une bande de potes réunis par une passion commune pour la musique « underground », une bande d’ados insouciants, certains même désœuvrés, qui passent le plus clair de leur temps libre à se murger dans les pubs et à goûter à la drogue quand l’occasion se présente. 
C’est tout juste si, au milieu de cette bande braillarde, j’avais surpris la plus petite étincelle de cette amitié naissante qu’on m’avait promise. Impossible de rentrer dans l’ambiance et je n’étais pas en état de faire les efforts supplémentaires pour toucher enfin au cœur de l’histoire. J’ai jeté l’éponge au chapitre 10. 
Il se peut que j’y revienne plus tard…

Commentaires

  1. Ah, contente de te relire, d'autant que j'attends d'en savoir plus sur le Mauvignier. Ton coup de coeur est motivant, je veux des détails :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil à toi 😌.
      Il semblerait que le nouveau Mauvignier intrigue pas mal de personnes. Je ne vous ferai pas mariner plus longtemps et commencerai donc par publier cette chronique-là.

      Supprimer
  2. Un seul abandon et le reste va du sympa au coup de coeur, en passant par la pépite, c'est plutôt positif comme bilan ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, ça a été un "bon" mois. ça compense un peu pour octobre qui a été un mensis horribilis comme rarement j'ai connu. ☺️

      Supprimer
  3. Chic! J'ai beaucoup aimé celui de Gilbert, un vrai bonbon pourrait-elle dire, quant au Mauvignier, je l'ai lu et attends ton avis détaillé. Tu ne peux pas nous lâcher en plein milieu de la rivière!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si tu as lu d'autres ouvrages de Muriel Gilbert. Je serais assez tenté, mais je crains un peu le sentiment de "déjà lu"...
      Le billet sur Mauvignier ne devrait plus tarder.

      Supprimer
  4. Comme ça, c'est le premier qui m'intriguait le plus... paf, abandon ! A te lire, je comprends bien pourquoi : je trouve qu'il n'y a rien de plus ennuyeux à lire que la description de gens qui font la fête. Au cinéma, ce genre de scènes m'ennuie aussi au plus haut point. il faut dire que le concept de "faire la fête" m'est assez étranger ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A lire ou à vivre, il n'y a rien d'exaltant à se trouver parmi des gens qui font la fête quand toi tu ne te partages par leur euphorie, pire encore quand celle-ci est avinée 😄
      En tout cas, grâce à toi, je me sens moins seul. Jusque-là, j'étais persuadé que j'étais le seul à être imperméable à l'idée même de fête 🥳

      Supprimer
  5. Le Mauvignier précédent m'avait tellement déçu que je comptais faire une croix sur celui-ci. Tu pourrais presque me faire changer d'avis ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage ta déception sur Continuer qui est un de es romans que j'ai le moins aimés. Et en toute franchise, c'est avec un peu d'appréhension malgré tout que je me suis jeté sur celui-ci.
      Dès les premières pages, j'ai senti que j'avais dans les mains un coup de cœur de la force de ceux que j'avais eus pour Dans la foule, Des hommes ou Ce que j'appelle oubli.
      Si ce sont des titres qui t'ont plu, il se pourrait bien que tu changes d'avis sur Histoires de la nuit 🤭.

      Supprimer
  6. Hâte de connaître ton retour sur le Cathrine...

    RépondreSupprimer
  7. Je note que tu as aimé le Mauvignier, et j'attends ton avis, je tourne autour sans pouvoir me décider (tellement de trucs à lire !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, comme tu as raison : tant de tentations, tellement de nouveautés qui nous font de l’œil, en plus de tous les anciens en attente...
      Mauvignier est l'un des rares auteurs dont j'achète chacun des nouveaux titres, sans réfléchir et sans même savoir à quoi m'attendre. Un peu comme toi avec Bello ou Reinhart, je pense.
      Peut-être que mon billet t'aidera à te faire une idée plus précise qui t'aidera à te décider pour... ou contre.

      Supprimer
  8. youyou ! et en plus, il a écrit des chroniques ! pour l'abandon, j'ai eu un de ses livres longtemps dans ma PAL mais j'avais l'impression qu'il n'allait pas se passer grand chose et ton avis me dit que c'est apparemment répétitif ! hâte de te lire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 😂😂 ha, ha. Ta joie est communicative et me fait chaud au cœur. Merci.
      Je ne connaissais pas Andrew O'Hagan avant que son compatriote D. Barr mentionne ce titre précis. Pour autant, je ne désespère pas de le reprendre plus tard : l'état dans lequel j'étais quand je l'ai lu n'a certainement pas aidé à ce que je supporte les errances "pubesques" et "bierreuses" des personnages.

      Supprimer
  9. Tu es bien plus courageux que moi, je ne compte plus mes chroniques en souffrance...! Contente de te lire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil, merci. Moi aussi, je suis content d'être de retour.
      [et surtout ne vas pas t'imaginer qu'avec cette nouvelle fournée, j'ai soldé toutes mes chroniques en souffrance 😅 😂 🤣]

      Supprimer
  10. Un mois livresque qui fini mieux qu'il n'a commencé. Heureuse de ton retour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton accueil. Ça me touche vraiment.😌
      Je crois bien que l’embellie psychique n’est pas sans rapport avec mon engouement retrouvé pour mes lectures.

      Supprimer

Publier un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires aux anciens posts sont modérés pour éviter les spams).