Au bonheur des fautes, Muriel Gilbert


 
Sur le ton enlevé d'une conversation informelle entre amis (ou plus exactement entre copines du club d'aquagym), Muriel Gilbert raconte comment elle est devenue correctrice au cassetin du quotidien Le Monde
À force d’anecdotes (dont la plupart ont fait l’objet d’une chronique radio), elle évoque le quotidien de son métier en voie de disparition. 
 
Avec une bonne dose d'humour, elle revient sur certaines des fautes qu’elle croise le plus souvent et partage ses trucs et astuces mnémotechniques pour éviter les pièges les plus courants. Ce qui ne l'empêche pas, par ailleurs, d'aborder des questions plus « sérieuses » comme l’évolution de la langue, les réformes de l’orthographe… 

Un petit bouquin sans prétention, jubilatoire pour qui aime la langue française et prend plaisir à en déjouer les chausse-trapes ou tout simplement apprendre en s’amusant.

Au bonheur des fautes  - Extraits

*   *   *   *   *   *
« Je craignais de tomber sur des règles à tout bout de champ, mais non, seuls quelques encadrés bienvenus rappellent des particularités de la langue. Le corps du texte explique aussi quelques subtilités.. »   Keisha

Muriel Gilbert - Au bonheur des fautes. Confessions d'une dompteuse de mots (Vuibert, 2017)

Commentaires

  1. Tu sais combien cette lecture m'a plu! Pas du tout 'cours d'orthographe', on apprend (et, hum, on oublie)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu que l'auteur avait décliné le concept sur plusieurs autres bouquins... J'essaierais bien mais je me demande si, à force, il n'y a pas un phénomène de répétition... et donc de lassitude.

      Supprimer
  2. Repéré chez Keisha, j'aime beaucoup les extraits !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le genre de bouquin intéressant et amusant qui fait une agréable transition entre deux lectures plus exigeantes et/ou marquantes.

      Supprimer
  3. Un sujet qui m'intéresse beaucoup. Ca me fait penser à Orsenna (que je n'ai jamais lu, donc plutôt à l'idée que je m'en fais).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais lu Orsenna, je ne pourrai donc pas confirmer ou non ton intuition. Mais si tu aimes tout ce qui tourne autour de la langue (l'expression n'est sans doute pas très heureuse mais je n'en ai pas trouvé de meilleure), tu vas aimer. C'est sans prétention et ça se déguste comme "un bonbon sur la langue".

      Supprimer
  4. Ce livre m'avait beaucoup plu aussi, mais il est clair que comme Keisha, j'ai déjà pas mal oublié !

    RépondreSupprimer
  5. ma soeur est très à cheval sur l'orthographe et la grammaire, et moi aussi j'avoue (même si je fais des fautes) du coup je passe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour être honnête, s'il ne m'avait pas été mis entre les mains, je n'aurais pas acheté ce livre, malgré la passion réelle que je peux avoir pour la langue (et même les langues).

      Supprimer

Publier un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires aux anciens posts sont modérés pour éviter les spams).