Ça sent le sapin #3



Lors de notre dernière entrevue, mon psy m’a demandé ce que je faisais pour me remonter le moral, quand j’avais un coup de mou. Sans hésitation, ma réponse a fusé : « Je m’achète des livres ».
Une évidence.
Depuis plusieurs années, ma famille ne se pose plus la question de savoir quel cadeau me fera le plus plaisir pour Noël.  Et pour éviter tout faux-pas, source de déception de part et d’autre, on assure même l'affaire avec une liste dans laquelle ils peuvent piocher. De cette façon, pour moi, l’effet de surprise est « maîtrisé », et ça me rassure.

Comme je lis désormais presque exclusivement sur ma liseuse, je profite de l’occasion pour limiter cette liste à des albums, essais et beaux livres qui pour moi, perdent tout leur attrait, au format numérique.
Année Daho oblige, je n’ai pas résisté à y inclure le catalogue de l’expo à la Philharmonie de Paris que je ne verrai pas. En séance de rattrapage, j’avais également cité les « bibles » de la littérature américaine contemporaine, n’imaginant pas recevoir les deux. Enfin, le nouveau Bilal en grand format luxe est encore plus beau que ce que j’avais imaginé.
Comme à chaque fois, Sister est la seule à sortir de la « zone sécurisée ». C’est comme ça que, parmi d’autres, elle a glissé Agatha. Prise de risque contrôlée : elle sait que je m'intéresse à tout ce qui touche à la reine du crime et que j'avais envie de voir, après Kernel et Rivière, comment Frédérique Deghelt s'est approprié le fameux épisode de la disparition d'Agatha Christie.

De longues (et passionnantes) heures de lecture en perspective !

*  *  *  *  *  *  *

Enki Bilal - Bug Tome 1 (Édition luxe Casterman, 2017)
Tristan Bera &  Étienne Daho - Daho l'aime pop (Gallimard/Cité de la musique-Philharmonie de Paris, 2017)
Christophe Conte - Daho (Flammarion, 2017)
Pauline Guéna & Guillaume Binet - L'Amérique des écrivains (Robert Laffont, 2014)
Frédérique Deghelt - Agatha (Plon, 2017)
Jean-Luc Bertini & Alexandre Thiltges - Amérique, des écrivains en liberté (Albin Michel, 2016)

Commentaires

  1. ( en mode " mieux vaut tard que jamais "... )
    Tu as été gâté ! ( je reconnais que les grands pratiquants du livre que nous sommes maîtrisent l'art de la liste ;)). Et tu me fais envie avec " L'Amérique des écrivains ", feuilleté à l'occasion, j'attends gentiment ton retour de lecture. Je me suis toujours offert des livres, c'est une bonne thérapie. J'espère que tous ces auteurs prendront bien soin de toi.
    ( si j'ai de la chance, j'irai à l'expo Daho, je te dirai )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces deux pavés sur les auteurs américains contemporains me font l'effet d'un énorme gâteau à la crème qu'on a envie de dévorer avec les doigts, si tu vois ce que je veux dire (et pourtant, je ne suis pas du tout un "bec sucré", comme on dit par chez nous). C'est pure gourmandise ! Et d'ailleurs, je ne pense pas que la meilleure d'en profiter soit de les lire d'une traite mais plutôt de venir y picorer régulièrement.
      La bibliothérapie est à la mode mais je dois reconnaître que les livres ont toujours eu un effet apaisant sur moi... et ils m'ont appris un tas de choses sur la vie et les relations humaines.

      Supprimer
    2. Ah, ah, j'adore ta comparaison crémeuse. Alors, régale-toi, je crois que tu as raison, il vaut mieux savourer.
      Pour la bibliothérapie, je pense que ce qui me faisait surtout du bien, c'est la balade en librairie, d'y prendre le temps, feuilleter, découvrir, voir autre chose et me laisser tenter et re-feuilleter dans mon coin mes petits trésors :)

      Supprimer
    3. Ne m'en parle pas. Le temps file à une vitesse pas croyable en librairie. Quand j'étais gamin, j'avais toujours espoir de m'y faire enfermer pour pouvoir y passer toute le nuit, à fureter à ma guise dans les rayons !
      La librairie idéale, telle que je me la représente, ressemblerait beaucoup à Galignani, rue de Rivoli, à Paris. J'adore l'ambiance de cette librairie. Dans un autre genre, moins intime, j'étais aux anges à El Ateneo Grand Splendid, libraire installée dans un magnifique théâtre ancien de Buenos Aires.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires sont modérés pour éviter les spams).