Articles

Affichage des articles du avril 23, 2019

La séquestration, Nicolas Cano

Image
« Même s’il m’arrive de proférer des incantations à haute voix, je sais que je ne suis pas encore fou. Je le sais clairement dans ma tête. Mais je sais aussi que la claustration a commencé son travail de sape. » (p. 86)


Le narrateur se réveille, seul, prisonnier d’une minuscule pièce aveugle, immaculée du sol au plafond, à peine assez grande pour y caser un lit.
Quel jour est-il ? Et d’ailleurs, est-ce le jour ou la nuit ? Comment est-il arrivé là ? Impossible de se souvenir des circonstances qui l’on conduit jusqu’ici.

Alors qu’il se résigne à l’idée que personne ne viendra jamais répondre à ses questions, il commence à organiser ses journées de captivité.
« C’est un truisme et une évidence toute bête de dire qu’un petit-déjeuner, un déjeuner et un dîner rythment la journée ordinaire d’un homme normalement constitué issu d’un pays de l’OCDE. C’est pourtant le genre de comptabilité absurde que je suis obligé de tenir pour ne pas devenir fou. » (p. 20)

Il apprivoise le fonctionnement du…