Articles

Affichage des articles du octobre 26, 2018

Les Fuyants, Arnaud Dudek

Image
Courage, fuyons !
Ce pourrait être la devise des mâles de la famille Hintel qui, plutôt que d’affronter leur vie d’adulte, leurs responsabilités et leurs choix, préfèrent prendre la tangente, histoire de couper court à toute tergiversation et retrouver (du moins le pensent-ils) leur liberté perdue, une vie meilleure. Tous les prétextes leur sont bons pour se défiler : de l’abandon de famille, version petit joueur, au suicide, plus radical et assumé.

Chez les Hintel, il y a Jacob, le grand-père, David, le père, Simon, l'oncle et Joseph, le petit-fils. Trois générations de fuyants, qui ne se connaissent pas forcément mais qui, tous, ressentent un besoin viscéral de tout plaquer à un moment donné de leur vie.  Seul, Joseph, ado en pleine crise identitaire et hacker à ses heures perdues, va tenter de dénouer les fils pour mettre un terme à la malédiction familiale.

Nos décisions sont-elles influencées par celles de nos ainés ? Est-il nécessaire de couper tout lien familial pour vivre…

L’opacité des rêves des autres le rendait moins transparent.

Image
La scène se déroule dans une chambre à coucher. Celle de Simon Yachar, trente-deux ans. Quant à la jeune fille qui vient de poser son smartphone sur la table de nuit, elle s’appelle Marie Léotard, deuxième année de droit. Marie déboutonne son chemisier à carreaux rouges et bleus. L’instant d’après, les deux amants testent la souplesse du matelas. Combinaison de plans moyens, succession d’angles de prises de vue légèrement tremblantes, montage fractionné. On s’attendrait à entendre de la musique. Le genre de musique qu’on trouve sur Google en tapant « chanson pour faire l’amour ». Mais il n’y a que des bruits naturels : succions, soupirs, grincement des ressorts, et cinq mots tournent en boucle dans le crâne de Simon. « Je couche avec une ado. »
Marie n’était encore qu’un projet unilatéral, développé en silence par madame sa mère pendant que monsieur tournait les pages du programme télé, tandis que Simon redoublait déjà sa quatrième. Elle se développait dans l’utérus maternel, il volait…