Articles

Affichage des articles du août 15, 2018

Le peintre d'aquarelles, Michel Tremblay

Image
Contaminé depuis l’adolescence, j’ai toujours autant de plaisir à prendre ma dose annuelle de Tremblay. Dès que le nouvel opus sort au Québec, je guette fébrilement les annonces des nouvelles publications Actes Sud pour me précipiter en librairie (alors que même les couvertures indiquent le « partenariat » Lemeac/Actes Sud, je n’arrive pas à comprendre pourquoi les romans ne paraissent pas simultanément au Québec et en France, d’autant qu’il n’y a même pas de délai de traduction...).

Marcel a soixante-seize ans. Depuis qu’il y est arrivé à l’âge de vingt-trois ans, il vit dans les Laurentides, au cœur de ses reliefs émoussés, ses vastes forêts et ses lacs cristallins.
À la fois familières et menaçantes, les montagnes font partie intégrante de son quotidien. Elles sont d’ailleurs un des deux thèmes récurrents de ses peintures, avec la mer, qu’il n’a jamais vue qu’en images. Grâce à la bienveillance de madame Dieudonné, une galeriste, la vente de ses aquarelles lui permet de vivre chi…

« Est-ce que ça veut dire qu’on apprend même quand on ne comprend pas ? »

Image
Avec l’aquarelle, [...] on a souvent des surprises : c’est plus pâle, c’est plus foncé, ça a coulé là où on ne voulait pas, deux couches se sont superposées et l’effet est étonnant. Ou catastrophique. C’est ce que j’aime. Avoir des surprises. Être étonné par une chose que j’ai pourtant faite moi-même. Et qui s’est achevée en dehors de moi. (p. 15)

Le nombre de verts que j’ai dû inventer pour leur rendre justice, le nombre d’heures que j’ai passées, au début, à essayer de dessiner chaque feuille, chaque branche chaque nervure de branche ! Avec le temps, j’ai appris à m’éloigner de ce qui est vrai, de ce qui existe, de ce que j’ai sous les yeux pour me contenter – ce n’est peut-être pas le bon mot – de suggérer les choses : ce ne sont pas des portraits de la nature que je fais mais des interprétations. (p. 14)

[…] il me semble […] que la suggestion suffit, que la ressemblance avec un sujet quelconque n’a aucune espèce d’importance parce que ce qui compte, c’est l’impression qu’on v…