L'obsolescence programmée de nos sentiments, Zidrou & Aimée de Jongh

 


Malgré les caprices du temps et la déliquescence des corps, l’âge, c’est dans la tête. 
La vie ne s’arrête pas une fois passée la soixantaine, il n’y a pas de date de péremption à l’amour.
Tels sont les principaux enseignements de L'obsolescence programmée de nos sentiments.

Cliquer sur les images pour agrandir

Au scénario, Zidrou dépeint avec pudeur et délicatesse la rencontre de deux âmes esseulées : d’un côté, Méditerranée, qui vient de perdre sa mère qu’elle a accompagnée tout au long de sa maladie. De l’autre, Ulysse, veuf qui vient de perdre son emploi à l’occasion d’un dégraissage dans sa compagnie de déménagement.
Tous deux se retrouvent désœuvrés du jour au lendemain, sans réel goût pour la vie morne et solitaire qui les attend. Leur rencontre fortuite va les faire passer du désenchantement à l’espoir, étonnés de ce qui leur arrive, de cet amour inattendu qui se réveille en eux, de cette deuxième chance qui leur est offerte, mais confiants en l’avenir.

Au dessin, Aimée de Jongh, que je ne connaissais pas mais dont j’ai beaucoup aimé le trait (même si physiquement sa Méditerranée a bien 15 à 20 ans de plus que celle imaginée par Zidrou) et la palette de couleurs.

Cliquer sur les images pour agrandir
 
Ces seniors qui redécouvrent les joies de l’amour et des émois adolescents sont extrêmement touchants.
À rebours de l’ensemble du récit qui a les pieds bien plantés dans le quotidien, la fin miraculeuse (ou symbolique, chacun sa lecture) n’a pas gâché l’attachement que j’avais éprouvé jusque-là pour les deux sexagénaires

*   *   *   *   *   *   *
« Un album qui met en avant des plus de 50 ans, y compris dans leur sexualité, abordée ici avec délicatesse, ce n’est pas si fréquent que cela [...] et celui-ci, après un état des lieux bien sombre, se révèle rafraîchissant. »   Brize 

Zidrou & Aimée de Jongh - L'obsolescence programmée de nos sentiments (Dargaud, 2018)

Commentaires

  1. Je vais aller faire un petit tour à la bibli, voir si elle y est. C'est vrai que les plus de 50 ans ne sont pas légion dans la BD, ni dans les medias en général. Au-delà de cet âge, tu deviens transparent ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Transparent... ou gênant, mais il est clair, qu'on en fait pas vendre !!!! :-D
      Si ta bibli a du flair, tu devrais trouver cet album, tout en délicatesse, tant dans son scénario que dans ses dessins. J'espère que tu aimeras.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. et surligne-le, pour être sûre de ne pas oublier ;-)

      Supprimer
  3. J'avais peur que ça soit un peu triste (genre les histoires d'amour finissent mal en général), du coup, à te lire, je pourrais me laisser tenter :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais ce n'est pas triste du tout ! Si c'est ce qui te retenait jusque-là, laisse-toi tenter. C'est un peu mélancolique au début, quand les deux protagonistes se retrouvent chacun à leur manière sur le carreau. Mais, c'est une jolie histoire pleine d'espoir.

      Supprimer
  4. J'ai hâte de découvrir cet album de Zidrou. Je l'avais repéré sur la page FB des perles des libraires, ça m'avait déjà furieusement tentée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Outre le nom de Zidrou, c'est le dessin de couverture qui a attiré mon regard. Tu vas y retrouver la délicatesse de ses scénarios et (peut-être) découvrir celle du coup de crayon d'Aimée de Jongh.

      Supprimer
  5. Parfois Zidrou verse un peu dans la mièvrerie. J'espère que ce n'est pas le cas, ici. Parce que le thème m'intéresse bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dirai pas mièvre, non. C'est plutôt bien vu... si ce n'est ce 'petit truc' vers la fin auquel je n'ai pas adhéré.

      Supprimer
  6. Ca a l'air joli comme tout cette histoire... Même si les fins peu réalistes ont tendance à m'agacer. Je viens de voir "L'échappée belle", un très beau film sur l'amour d'un couple âgé (enfin j'ai beaucoup aimé ! ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est beau et encourageant, c'est que pour une fois, une histoire nous dit : c'est vrai, la soixantaine, ce n'est pas la première jeunesse, mais à notre époque, ce n'est plus la fin de vie, non lus, comme ça pu l'être il n'y a encore pas si longtemps. Il n'est pas trop tard pour refaire sa vie et dévier de la trajectoire que l'on pensait devoir suivre jusque la mort. Rien que pou ce message, cette BD mérite d'être lue.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Alors, ne boude pas ton envie, laisse-toi emporter par cette histoire :-)

      Supprimer
  8. Je n'ai pas non plus adhéré à la fin ! C'est too much ! Alors que j'ai aimé le ton de l'ensemble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça tranche vraiment avec le ton général du récit. Beaucoup de lecteurs semblent avoir été décontenancés, au moins, par cette "bombe".

      Supprimer

Publier un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires aux anciens posts sont modérés pour éviter les spams).