Boom, Julien Dufresne-Lamy


Tu sais, j'aurais échangé ta vie contre la mienne sans hésiter. 
Parce que je sais que tu aurais vécu mieux que moi.

Étienne est dévasté.
Son meilleur pote, son inséparable, son frère, Timothée, a été victime d’un accident, alors que toute la classe était en voyage à Londres. Timothée et lui, c’était « à la vie, à la mort ». Mais à la vie, surtout. Jamais la mort n’est venue effleurer l’esprit de ces deux lycéens.
Étienne n’arrive pas à se consoler de l’absence de son ami auquel il ne cesse de penser.  Alors, pour ne pas sombrer, il décide de parler à l’absent en passant en revue les grands moments de leur amitié. Leur rencontre au lycée, trois ans auparavant. Leur entente, comme une évidence malgré leurs différences manifestes. Leur complicité naturelle, leurs frasques, leurs plaisanteries, leurs fous rires, leurs confidences... Tous ces bons moments qui ne seront plus, brutalement anéantis par une voiture folle.
Et toujours cette culpabilité qui s’insinue sournoisement, ces reproches et ces regrets qui minent le cœur de l’adolescent.

Ce court roman est une ode poignante et digne à l’amitié indéfectible, de celle qu’on ne vit qu’à cet âge de la vie, inconditionnelle, fusionnelle, absolue.
C’est aussi un cri, la douleur indicible de la perte, de l’absence, du manque, du deuil, de ce sentiment d’être au bord du vide tandis que la vie continue malgré tout, malgré nous.
Jamais larmoyant, toujours juste, Boom se lit d’une traite, et laisse le lecteur le cœur serré et le souffle court.
Un texte précieux que je verrai très bien interprété sur une scène.

Boom - Extraits (désolé, j'ai perdu le document où j'avais laborieusement recopié les passages que j'avais sélectionnés et comme j'ai décollé les post-it des pages du livre au fur et à mesure de la saisie... tant pis)  

*   *   *   *   *   *   *
« Un texte touchant, pudique, qui ne fait qu’effleurer les causes de la mort pour se focaliser sur ses conséquences, sur cette blessure impossible à refermer. Le ton est juste, la douleur s’exprime sans débordements lacrymaux inutiles. »  Jérôme

« Un texte bref, au scalpel comme souvent dans cette collection, très fin, au ton parfait, et qui donne envie d’aller voir ce que l’auteur a déjà écrit par ailleurs. »   Laure

« Rien à jeter. Tout se tient. Tout se « lit », tout résonne, tout fait sens. Cri de douleur et d’amour, Boom est un roman déflagration. Un miroir tendu à un monde qui marche sur la tête… à mettre entre les mains de ceux qui sont en train de le re-construire… »   Noukette

Julien Dufresne-Lamy - Boom (Actes Sud Junior, 2018)

Commentaires

  1. Réponses
    1. Mais oui ! Mieux que "pourquoi pas?", il ne faut pas hésiter ;-)

      Supprimer
  2. J'avais déjà noté ce titre en passant chez Jérôme et Noukette. Tu confirmes que j'ai bien fait! Me reste plus qu'à trouver le temps de plonger dans un roman jeunesse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps ? Tu peux le trouver facilement, ce roman se déguste en très peu de temps et d'une seule traite !

      Supprimer
  3. Jamais larmoyant, non. Et très pudique finalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pudique, c'est tout à fait ça. Et donc, d'autant plus émouvant.

      Supprimer

Publier un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires aux anciens posts sont modérés pour éviter les spams).