Kwe: Standing With Our Sisters, Joseph Boyden




Novembre 2014.
À Winnipeg, une jeune amérindienne de 16 ans, Rinelle Harper, est violée et laissée pour morte sur les rives de l’Assiniboine River, trois mois seulement après le meurtre d’une autre Native Américaine de 15 ans, Tina Fontaine, déjà à Winnipeg.

Au Canada, les femmes aborigènes sont trois plus nombreuses que toutes les autres à être victimes d’attaques violentes et de meurtres.
Révolté par cette nouvelle affaire, Joseph Boyden décide d’agir à sa manière : « L’idée de ce livre est née d’un sentiment d’intense frustration, de rage et de chagrin à la suite de cette nouvelle attaque violente contre une femme des Premières Nations. C’est un appel à l’action »

Ainsi est né Kwe: Standing With Our Sisters, dont l'intégralité des recettes est reversé a Amnesty International, pour sa campagne No More Stolen Sisters. En Anishinaabemowin, la langue Ojibwé,  Kwe signifie « celle qui donne la vie » ou « celle qui porte la vie » soit, plus trivialement, « femme ».
En l’espace d’une semaine, Boyden avait déjà reçu des dizaines contributions d’auteurs et d’artistes souhaitant apporter leur soutien aux familles de toutes les jeunes filles indigènes disparues et assassinées : « Nos voix se joignent à toutes celles qui s’élèvent dans ce pays pour demander au gouvernement fédéral d’agir concrètement. J’espère que ce recueil va attirer toute l’attention que réclame cette dramatique situation ».
Parmi tous les noms réunis dans le recueil, je n’en connaissais que quelques-uns : Sherman Alexie, Margaret Atwood, Melissa Auf der Maur, David Chariandy. D’autres noms m’étaient familiers, sans que je n’aie jamais lu leurs textes : Lee Maracle, Michael Ondaatje, Alice Kuipers, Richard Van Camp.


Ce n'est pas Kwe qui va convertir les réfractaires aux nouvelles : il est l’exemple même de ce beaucoup de lecteurs reprochent aux recueils de nouvelles : une compilation hétérogène de textes de formes et de styles différents : il s’agit aussi bien de nouvelles que de poèmes, d’extraits de romans en chantier, d’essais, de chansons... Beaucoup d’ailleurs n’ont pas pour sujet les événements à l’origine du recueil, ce qui peut sembler paradoxal si on ne tient pas compte de l’urgence dans laquelle a été compilée cette anthologie.  Même si l'objectif initial de braquer l'attention sur le problème des violences faites aux femmes amérindiennes au Canada est pleinement réussi, de nobles intentions ne suffisent pas à faire un recueil cohérent et homogène.

Pour autant, il ne faudrait pas bouder son plaisir. Kwe: Standing With Our Sisters est de ces recueils qu'il vaut mieux picorer plutôt que de dévorer de bout en bout. Avec une telle distribution, d'aussi prestigieux auteurs on est certain d'y débusquer quelques beaux textes, parfois juste une phrase, qui se détachent du lot, qui touchent et marquent le lecteur plus que les autres.
En ce qui me concerne, je les ai compilés ici :

Kwe: Standing With Our Sisters - Extraits


Kwe: Standing With Our Sisters est ma première contribution au Mai en Nouvelles 2019
initié par le duo franco-québécois de choc Electra/Marie-Claude.

Joseph Boyden (edited by) - Kwe: Standing With Our Sisters (Penguin Random House, 2014)

Commentaires

  1. Recueil hétérogène mais nouvelles compilées pour une bonne cause, c'est déjà ça. J'ai hésité à participer à ce challenge !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais déjà prévu d'y participer l'an dernier parce que j'aime les nouvelles, en général, et que l'occasion était bonne pour m'y remettre. Et puis, je me suis laissé prendre par le temps, ce qui fait que j'ai raté le coche. Pour ne pas me faire avoir une 2e année de suite, je m'y suis pris un peu plus en amont... au moins pour les lectures, parce que pour les publications de billets, c'est pas encore gagné !

      Supprimer
    2. Avec ce recueil, c'est très très bien parti! J'aimerais tellement qu'il soit traduit.

      Supprimer
    3. Malheureusement, je ne pense pas qu'il le soit un jour.
      Non seulement ce recueil est paru il y a tout de même déjà 5 ans (mais on a déjà vu des délais de traduction bien plus longs, c'est vrai) mais surtout, il a été publié pour soutenir une cause typiquement canadienne.
      S'il avait dû être traduit, je pense qu'il l'aurait été dès sa parution pour toucher les populations anglophones et francophones canadiennes...

      Supprimer
  2. merci ! super choix, évidemment, tu sais qu'il me le faut !!! As-tu lu Soeurs volées d'Emmanuelle Walter (tu peux trouver mon billet sur mon blog) qui a écrit un livre puissant sur le sort des femmes au Canada
    bienvenue dans ce challenge !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton impatience : rien que pour la nouvelle de Boyden, ça vaut le coup de l'avoir dans sa bibliothèque !
      Je vais aller voir de plus près ces Sœurs volées ; je sens que je vais encore grossir ma PAL, comme quasi à chaque fois que je passe chez toi ;-)

      Supprimer

Publier un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires aux anciens posts sont modérés pour éviter les spams).