Histoires de la nuit, Laurent Mauvignier

 
 
 
Au hameau de L'Écart-des-Trois-Filles-Seules, l’ambiance est aux préparatifs. Patrice Bergogne, qui a repris l'exploitation de son père, est parti en vile acheter le cadeau pour les 40 ans de sa femme, Marion, tandis que dans la maison voisine, en compagnie de Christine, artiste-peintre parisienne venue se mettre au vert et amie de longue date de la famille, sa fille Ida prépare dessins et gâteaux pour le dîner d’anniversaire surprise.
Mais quand trois inconnus s’invitent à la fête et les prennent en otages, l’atmosphère va se faire de plus en plus pesante et anxiogène à mesure que la soirée avance.


Mauvignier en maître es-thriller. Ce n’est pas là que je l’attendais (et tant mieux !) mais quand on y regarde de plus près, c’est finalement moins surprenant qu’il y paraît : il s’agit ici d’un thriller psychologique en huis-clos sans réelle action, autant d’ingrédients que l’auteur manie déjà avec brio par ailleurs.
Mais ce qui frappe ici, c’est sa maîtrise de la tension dramatique qui ne se relâche à aucun moment, le malaise monte crescendo, l’ambiance poisseuse devient irrespirable jusqu’à l’étouffement et la nausée. Tout ça alors qu’il ne se passe (physiquement) rien, ou presque. Il n’est question que d’intériorité, d’émotions, de non-dits, de motivations, de désirs et de frustrations, d’incommunicabilité… Et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce qui pourrait apparaître comme un banal fait-divers vu et revu, et fait d’un thriller une étude de mœurs.

Autre fait marquant, le style, magistral.
Pour mieux plonger son lecteur dans les pensées de ses personnages, Laurent Mauvignier l’hypnotise avec des phrases sinueuses qui se déploient sur des pages et des pages, entraînant dans leur sillage, sans ponctuation pour les annoncer, description et dialogues, et imposent au récit son rythme lancinant. 
Ces flux de conscience sont comme un bonbon acidulé que Mauvignier nous glisse sous la langue, des pensées avec lesquelles on joue et que l’on suçote longuement jusqu’à laisser échapper le cœur coulant, l’essence même des sentiments.

Depuis Loin d’eux, son tout premier roman, je me précipite les yeux fermés dès que Laurent Mauvignier publie un nouveau texte. Je me suis jeté sur Histoires de la nuit sans rien savoir d’autre que c’était son dernier en date. Jamais, je n’ai été déçu, même si certains (Des hommes, Dans la foule, Ce que j’appelle oubli) m’ont marqué plus que d’autres.
À cette liste de coups de cœur absolus, j’ajouterai désormais Histoires de la nuit. Un des meilleurs romans français que j’ai lus cette année et, pour moi, probablement le meilleur de Laurent Mauvignier à ce jour.

Histoires de la nuit - Extraits

*   *   *   *   *   *
« C’est un thriller qui n’en a pas l’air mais qui est diablement efficace. Les phrases sont longues, fournies, tout est détaillé à l’infini et j’ai traversé cette brève histoire de 640 pages qui était à l’origine un scénario d’une trentaine de pages destiné à devenir un moyen-métrage comme si je la voyais sur grand écran. C’est divin, c’est efficace, c’est très bien écrit, ça vous coupe le souffle, ça vous remue à l’intérieur. »   Brice

« Ai-je aimé ou pas? Disons que se sentir dans une machine en cours d'essorage n'est pas toujours agréable, j'évite plutôt les lectures trop noires, et une plongée dans le rural ordinaire m'aurait suffi. Mais c'est fichtrement bien construit et analysé, quel que soit le personnage. »   Keisha



Laurent Mauvignier - Histoires de la nuit (Minuit, 2020)

Commentaires

  1. J'ai tellement envie de le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi attendre ? 😉😈
      Et ne sois pas intimidée par les presque 650 pages. La tension est telle tout au long du récit que tu n'as qu'une envie, tourner la page suivante.

      Supprimer
    2. Je l'ai demandé au Père Noël... �� Et je suis heureuse de retrouver Mauvignier...

      Supprimer
  2. Tu donnes incontestablement envie de le lire. Je n'ai jamais été très attirée par les thèmes de l'auteur, celui-ci m'intrigue davantage. Je le prendrai à la bibliothèque pour faire un essai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de mieux que la bibliothèque pour "tester sans risque". J'espère que tu seras convaincue et que ça te donnera envie de poursuivre avec l'auteur.

      Supprimer
  3. Je ne suis pas sûre de te suivre, là. Une seule expérience avec l'écriture de Laurent Mauvignier ne m'a pas convaincue (Autour du monde), je suis donc un peu frileuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais bien aimé Autour du monde, même s'il n'est pas parmi mes préférés.
      Si tu as l'occasion, fais comme Aifelle : tente en biblio/médiathèque. Ce ne t'engagera en rien.☺️

      Supprimer
  4. Le voilà ce billet sur Mauvignier! Fabuleux comment tu en parles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien plus fabuleux, encore, comment Mauvignier l'a écrit ! 😜

      Supprimer
  5. Quel billet ! Ton retour est extrêmement tentateur et motivant. Je crains toutefois toujours ce style, et puis ce malaise. Evidemment, en même temps, il m'attire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est sûr, malaise il y a ! C'est aussi dérangeant par moment que Funny Games, d'Haneke, si ça te parle 😱. J'aime, de temps en temps, être bousculé de la sorte.

      Supprimer
  6. Je te vois très enthousiaste, mais je ne suis pas vraiment sûre que ce soit un roman pour moi... (moi j'avais adoré Autour du monde, et détesté Dans la foule..)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être un emprunt en bibliothèque, histoire de "faire la belle" et de savoir de quel côté va pencher la balance ? 🤨

      Supprimer
  7. Je n'ai lu qu'un titre de cet auteur mais j'en avais adoré le style. Une amie m'avait dit le plus grand bien de celui-ci. C'est sûr, je vais le lire ! ET puis tu en parles si bien, qu'on se dit qu'on serait bête de passer à côté. Je te fais entièrement confiance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waowwww, tu n'imagines pas la pression que tu fais peser sur mes épaules !!! Sacrée responsabilité pour moi qui ne voudrais pas décevoir la confiance que tu me portes 😲.
      J'espère que tu l'aimeras autant que moi... et du coup, je suis encore plus impatient de te lire!

      Supprimer
    2. Je l'ai commencé hier soir et j'adore le style ! C'est extrêmement prenant, juste, une peinture subtile. Je suis sous le charme. Comment vais-je faire aujourd'hui ? J'ai du travail et pourtant, je n'ai qu'une envie, poursuivre ma lecture...

      Supprimer
    3. Ça me fait extrêmement plaisir, ce que tu me dis là. L'aventure se présente sous les meilleurs auspices 😀. Certain(e)s ont trouvé le temps long, à un moment donné de leur lecture. Moi, j'ai été hypnotisé du début à la fin. J'espère que ça va continuer aussi bien pour toi.

      Supprimer
  8. Tu me donnerais presque envie, mais j'avoue fuir ses titres depuis que j'ai jeté l'éponge en pleine lecture de ... eh bien ma foi, je ne sais même plus, je crois que c'était Des hommes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n’avais jamais envisagé avant aujourd'hui que Mauvignier puisse être aussi clivant… Ce n'est sans doute pas pour rien qu'il est chez Minuit 🧐

      Supprimer
  9. Et bien, après un tel commentaire, je le note tout de suite en haut de ma wish list

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au vu des réactions épidermiques de plusieurs lectrices, je m’en voudrais que mon enthousiasme sincère pour ce roman t’entraîne vers une méga déception, voire un abandon.
      Aussi, sans doute est-il plus prudent que tu « prennes la température » en lisant les deux premiers chapitres consultables en ligne (ou téléchargeables en PDF) sur le site des Éditions de Minuit.

      Supprimer
  10. Superbe enthousiasme ! Il faudrait juste que j'arrive à dépasser les 10 premières pages de Des hommes (je crois que je vais retenter encore une fois, du coup) avant de me lancer dans ce thriller ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois me souvenir que les premières pages de Des hommes sont assez confuses dans le sens où les nombreux personnages présents à une fête interviennent sans qu’on sache clairement quels sont leurs liens… Mais (si je ne confonds pas avec un autre de ses romans), les choses s’éclaircissent rapidement... si jamais ça peut te motiver à retenter la lecture 🤭

      Supprimer
  11. Dans Seuls il y a cette lente montée de tension, c'est prodigieux d'ailleurs. Je ne sais pas encore si je lirai ce roman, même si je suis fan de Mauvignier, de son style, de son souffle, de son écriture. Tout m'accroche chez lui, absolument tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment peux-tu être fan de Mauvignier et ne pas avoir envie de te jeter sur ce nouveau (et excellent) roman ?!? 😲😳
      Tu dois être une fille très raisonnable 😉

      Supprimer
    2. Ciel, me voilà decouverte ! Exactement je suis archi raisonnable

      Supprimer
    3. Comme je ne te connais pas suffisamment bien, je suis incapable de déceler la moindre trace d'ironie, donc je te prendrais au mot ! 😜

      Supprimer

Publier un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires aux anciens posts sont modérés pour éviter les spams).