Andrew est plus beau que toi, Arnaud Cathrine & The Anonymous Project


Si vous venez ici depuis un moment, vous connaissez ma fascination pour ces vieilles photos jaunies qu’on peut trouver par caisses entières aux Puces, à partir desquelles on peut se laisser aller à inventer à l’infini destins et intrigues. Ça me passionne tellement qu’il m’est arrivé de craquer pour de vieux albums de photos de famille du début des années 1900. Je suis même allé jusqu'à tapisser tout un pan de mur de l’appartement, que je surnomme affectueusement le 'mur des morts', d'antiques photos d’inconnus récupérées ici et là, et parmi lesquelles mon homme et moi en avons glissé certaines de nos aïeux.

Le "mur des morts"



Cette longue entrée en matière pour que vous compreniez bien à quel point j’étais excité à l’idée de la collaboration entre un auteur que j’apprécie énormément, Arnaud Cathrine, et un projet photographique que je suis de très près depuis sa création, The Anonymous Project.
Mis en place par deux passionnés de photo, Lee Shulman et Emmanuelle Halkin, The Anonymous Project (ou The Anonymous Photo Project sur FB) collecte, numérise et catalogue les négatifs couleurs et les diapositives d’amateurs anonymes des 50 dernières années. À ce jour, leur collection compte 700.000 diapositives Kodachrome d’époque, dont les lieux, dates et protagonistes demeurent inconnus. D’où le nom du projet.

De la rencontre entre Arnaud Cathrine et The Anonymous Project est né Andrew est plus beau que toi, un bref roman (une novella, presque) né des milliers de photos de la collection.
Au fil des pages et des photographies se déroule la vie d’une famille de la middle-class blanche californienne, depuis les années 40 jusqu’aux années 70, les Tucker. Une desesperate housewife, son mari taciturne depuis son retour du front, et leurs deux fils, Andrew et Ryan.
Au travers du parcours des deux frères, des événements qui rythment leur quotidien (vacances, réunions de famille, départ à l’université...), se dessine l’histoire des Tucker, mais aussi l'évolution de la société américaine jusqu’à l’effervescence des années 70, riches en mouvements de libération et en revendications de la part des minorités qui veulent se faire entendre : noirs, femmes, LGBT+.



Lire Andrew est plus beau que toi, c’est feuilleter l’album d’une famille ordinaire, avec ses non-dits, ses faux-semblants dissimulés (pas toujours !) sous le bonheur de façade inhérent à ce type de clichés. C’est aussi la relation intime de deux frères très différents, mais néanmoins proches, dont l’un passera son temps à faire de son mieux pour renvoyer à son père l’image du fils idéal qu’il aurait aimé avoir.

Dans cette expérience inédite, Arnaud Cathrine parvient très naturellement à transposer son univers et à greffer ses sujets de prédilection. En très peu de pages, il donne chair à des personnages qu’on croirait réels, tout droit sortis de cet album de famille. 
L’autre tour de force d’Andrew est plus beau que toi, c’est le soin apporté à la sélection des photographies : d’un bout à l’autre du livre, on a réellement l’impression que la succession des clichés montrent l’évolution dans le temps d’une seule et même personne, intensifiant ainsi la crédibilité du récit et l’émotion qui en émane.

Andrew est plus beau que toi est une vraie réussite en ce sens qu’il ne s’agit pas d’une banale  adjonction de photos à un texte, un collage qui aurait été esthétique certes mais qui n’aurait eu d’autre fonction que celui d’illustration. Ici, l’ensemble texte/photo est cohérent, indissociable même, et fait sens.
Un coup de maître à la puissance deux.

Andrew est plus beau que toi - Extraits
Les premières pages sont à découvrir sur le site web d'Arnaud Cathrine

Arnaud Cathrine & The Anonymous Project - Andrew est plus beau que toi (Flammarion, 2019)

Commentaires

  1. Je ne connaissais pas ce "projet", jusqu'à ce que je feuillette ce titre en librairie. L'objet est en lui-même très attirant. Et bien sûr, ce que tu en dis achève de me convaincre de franchir le pas lors de mon prochain passage en librairie, et de ne pas me contenter de le feuilleter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as aucune hésitation à avoir ; tu aimes la plume d'A. Cathrine, alors tu vas te régaler avec cette émouvante histoire et découvrir une partie de la collection de The Anonymous Project qui devrait, à coup sûr, te ramener quelques années en arrière, à cette époque où on ne découvrait le résultat de ses photos qu'en sortant du magasin de développement ! :)

      Supprimer
  2. je vais filer en librairie pour voir ce très bel objet ! du coup, tu as du lire le livre d'une romancière française qui a avait aussi à partir d'une boite de photos raconté une historie ? le nom m'échappe.. j'adore ton mur ! et moi, si tu veux tout savoir, je ne suis pas passionnée par la photo d'inconnus (même si j'adore le livre des photos du photomaton d'Amélie Poulain), je garde sur moi, la photo d'une jeune femme, décédée tragiquement cette année. Pourquoi ? je ne saurais le dire mais elle et d'autres que je garde aussi m'ont touchées .. mais j'arrête là avant de t'effrayer définitivement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était Les gens dans l'enveloppe de Isabelle Monnin. Que j'ai aimé cet ouvrage !!! Tu l'as lu ?

      Supprimer
    2. Cécile a trouvé : il s'agit bien de Les gens dans l'enveloppe. J'avais aimé cette histoire et la seconde partie du livre, plus basée sur "l'enquête" de l'auteur pour retrouver les vrais protagonistes m'avait plus plu encore.
      Le 'mur des morts' rencontre un certain succès, je dois le dire ;)
      Je ne trouve pas bizarre de tenir à des photos qui nous "parlent" plus que d'autres. D'autant moins, si tu connaissais la jeune femme en question. Sans faire de comparaison douteuse, j'ai moi-même dans mon portefeuille depuis des années une vieille photo n&b aux bords dentelés d'une vache en train de boire au bord de l'eau. Pourquoi ? Je l'ignore. Je ne connais pas cette vache personnellement, ni même la personne qui l'a prise en photo, encore moins l'endroit où la photo a été prise. Mais elle dégage quelque chose qui me parle... Pour le coup, c'est moi qui vais t'effrayer !!!! :D :D

      Supprimer
    3. J'ajoute mon grain de sel, juste pour rejoindre l'avis de The Autist et de Cécile sur Les gens dans l'enveloppe, qui avait été une très agréable surprise. Et ce que tu écris, Electra, m'a tout de suite évoqué le Dora Bruder de Modiano, à lire absolument si ce n'est déjà fait... !

      Supprimer
    4. @Ingannmic : à mon grand désarroi, et à ma grande honte devant Galéa (Modianette en Chef s'il en est), je n'ai pas été super emballé par Dora Bruder qui m'avait été "vendu" comme un des meilleurs Modiano.
      Je ne vais pas lâcher l'affaire pour autant et retenter le coup avec Modiano un de ces jours...

      Supprimer
  3. Très très intéressant ! Je vais essayer de voir ça en librairie. Comme Electra, je pense à Les gens dans l'enveloppe de Isabelle Monnin, mis en musique par Alex Beaupain, tu l'as lu/écouté ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai indiqué juste au-dessus, suite à ta réponse à Electra, non seulement je l'ai lu, mais j'ai beaucoup aimé. Et la démarche, et le résultat.
      En revanche, je n'ai toujours pas écouté les chansons d'Alex Beaupin. Je dois même avouer que j'avais complètement oublié. Je vais le noter pour penser à demander le CD à ma sœur a qui j'avais offert le livre/CD (moi j'ai lu la version numérique).

      Supprimer
  4. J'aime tout ! L'auteur, le projet... et ce mur est une merveille !

    RépondreSupprimer
  5. Ton billet est à la hauteur de mes attentes et de mon envies. Tu le sais, j'attends ce bouquin avec une grande impatience. Tant pour le projet en lui-même que pour l'histoire inventée. D'autant plus qu'elle est signée par mon nouveau chouchou français! Histoire à suivre, donc. Et votre mur des morts est époustouflants. J'aimerais trop le voir de près...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On me souffle dans l'oreillette qu'il se peut que tu aies prochainement des nouvelles de ton nouveau French Chum. Je dis ça, je ne dis rien...
      Lors d'une de tes prochaines visites dans notre vieille France, on pourrait s'organiser un instant de recueillement devant 'le mur des morts', "en vrai" :D

      Supprimer
    2. Des nouvelles? Je vois ça. Je me fais un café et file lire ton dernier super billet!
      Ton invite n'est pas tombée dans l'oreille d'une sourde!

      Supprimer
  6. Moi qui aime deviner la vie des gens en les croisant dans la rue ou au restaurant ... j'adore l'idée de partir de photos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non seulement l'idée est séduisante, mais les clichés sélectionnés par The Anonymous Project ont toujours une dimension esthétique qui rend l'aventure encore plus palpitante !

      Supprimer

Publier un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires aux anciens posts sont modérés pour éviter les spams).