Romance, Arnaud Cathrine


Nuit de juin ! Dix-sept ans ! - On se laisse griser.
La sève est du champagne et vous monte à la tête...
On divague ; on se sent aux lèvres un baiser
Qui palpite là, comme une petite bête...
Arthur Rimbaud, Roman II 


À seize ans, Vince rêve du prince charmant, d’un garçon qui ne serait pas qu’une histoire de cul mais la personne avec laquelle vivre le Grand Amour et envisager son futur... Si en plus, il pouvait avoir les traits d’Oliver Saxon, porn star* de tous ses fantasmes, ça serait le top. (sans mauvais jeu de mots)
 *je suis allé vérifier sur G**, il existe bel et bien !

Mais la route est longue de l’idéal à la réalité. Pour le moment Vince se contente de « capturer » dans son carnet les beaux gosses qu’il repère dans le métro ou dans la rue (clin d’œil à J'entends des regards que vous croyez muets qui n’aura échappé à personne). Au lycée, ce n’est pas mieux. À part un autre gay "déclaré" qui ne l’attire pas, pas grand-chose à se mettre sous la dent.
Heureusement qu’il peut compter sur Octave, fils de la meilleure amie de sa mère, pour s’épancher et profiter des plaisirs et bêtises de leur âge. Amis d’enfance, les deux garçons sont comme des frères.

Romance, comme son nom ne l’indique pas, n’en est pas une. De romance.
Parce que la vie, ce n’est pas le village des Bisounours. Vince va en faire l’expérience, avec toute la fougue, toute l’innocence, toute l’intensité de ses seize ans.
Être amoureux peut être aussi grisant que douloureux. Surtout à cet âge et lorsqu’il s’agit d’un premier amour dont on se souvient toute sa vie, quelle qu’en soit l’issue.

Les lecteurs familiers de l’œuvre d’Arnaud Cathrine connaissent déjà son talent à dépeindre cette période charnière de l’adolescence. Romance, son dernier roman paru en début d’année en fait une nouvelle fois la preuve.
Comme j’aurais aimé lire ce roman quand j’étais ado, savoir que d’autres que moi vivaient ce que je vivais, les espoirs, les déceptions, les humiliations mais aussi les élans, la passion, la communion. Que l’amour est aussi fait d’erreurs de parcours, d’échecs, de ruptures laissant autant de cicatrices que l’on caressera plus tard avec tendresse, lové dans les bras de l’aimé.

Sous la plume d’A. Cathrine, les affres de l’adolescence au XXI siècle sonnent si incroyablement juste. Comme les ados entre eux, il n’hésite pas à nommer les choses, parfois crûment mais toujours de façon naturelle, sans faux-semblant ni, ce qui serait pire encore, politiquement correct. Le réalisme des situations (familiales, sociétales) et des dialogues gagne encore en vérité avec l’insertion dans le texte de notes de journal intime, d’apartés en bas de page, de captures d’échanges de textos...

Avec sa sensibilité habituelle, Arnaud Cathrine revisite le dépit amoureux adolescent et réécrit une touchante Carte du Tendre pour jeune gay version 2020.

Romance - Extraits

 Arnaud Cathrine - Romance (R-jeunes adultes, 2020)

Commentaires

  1. Tu m'as convaincu, je suis allé me l'offrir à ma pause déjeuner !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais peser une sacrée responsabilité sur mes épaules, mais je suis confiant : je serais étonné si tu n'aimais pas.

      Supprimer
    2. J'ai a-do-ré !
      Merci de m'avoir donner l'impulsion pour découvrir Arnaud Cathrine, depuis le temps...

      Supprimer
    3. Ah mais je n'avais compris que tu n'avais pas encore été à la rencontre d'A. Cathrine. Je suis même étonné que tu ne l'aies encore jamais lu. En tout cas, je suis heureux d'avoir joué les entremetteurs. J'espère que ce n'est là que le début d'une longue histoire d'amour littéraire :)

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais lu cet auteur mais là j'avoue que je pourrais être tentée. Et pourtant avec un titre pareil ce n'était pas gagné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si je te conseillerais ce roman jeunes ados pour découvrir l'auteur, mais si tu accroches à cette histoire, c'est certain, A. Cathrine deviendra un de tes chouchous.

      Supprimer
  3. Tu en parles bien et tu donnes envie de découvrir l'envers du décors de ces adolescents. Un livre à mettre dan sles CDI sans doute pour les jeunes qui se sentent un peu isolés dans leurs romances?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, j'aurais eu un tel roman sous la main quand j'étais ado, ça m'aurait été plus qu'utile à bien des égards... Maintenant, vu le vent de pruderie qui souffle sur la société actuelle, je ne serais pas étonné que les CDI refusent ou ne puissent ajouter ce roman à leur collection. Ce qui serait très dommage.

      Supprimer
  4. Dois-je regrette notre petit échange?! Je suis tentée. Reste que je peux me l'offrir, celui-là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi regretter ? Non, j'espère pas. A moins que tu sois finalement déçue par le Krawiec (mais ça me semblait plutôt bien parti).
      Je serais peut-être plus enthousiaste que toi à propos de cette histoire du fait qu'elle m'a parlé, qu'elle a fait remonter un tas de souvenirs de l'ado tourmenté que j'étais alors... Mais peut-être pas.

      Supprimer
  5. De lien en lien, je tombe sur ton blog et surtout, sur ta chronique du fabuleux Romance que j'ai dévoré pendant mes vacances et qui m'a littéralement fait fondre. C'est en tombant sur ta réponse à l'article d'une lectrice qui n'avait pas du tout su apprécier le roman à sa juste valeur que je me suis retrouvée ici. Je craque quand on défend si bien des livres que j'ai adorés et qui méritent pleinement d'être lus... Je ne suis pas chez Blogger, il faut que je trouve le moyen de ne pas perdre ta trace ; j'aimerais en apprendre plus sur tes coups de cœur et ta sensibilité de lecteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue ici, en tout cas ! Comme toi j'ai fait pas mal de découvertes en rebondissant ainsi de lien en lien...
      Je vois à quelle blogueuse tu fais référence. J'ai été à la fois agacé par la légèreté du ton qu'elle a employé et blessé par certaines de ses remarques, dues à son ignorance. Du coup, ça a été plus fort que moi, j'ai réagi (peut-être un peu trop vivement malgré mes précautions....) alors que ce n'est pas du tout dans mes habitudes...
      Pas besoin d'être sur blogger pour suivre l'activité de ce blog. Sois tu l'ajoutes à ton agrégateur de flux (si tu en as un), soit tu t'abonnes (il doit y avoir un lien quelque part sur la page d'accueil) ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires aux anciens posts sont modérés pour éviter les spams).