Les Choses impossibles, Arnaud Cathrine


 
Une pause-dej, entre les deux confinements.
La boutique où je devais récupérer une commande n’était pas encore ouverte. Comme d’habitude, j’étais (un peu) en avance. En temps ordinaire, j’aurais patienté pas loin, en bouquinant. Mais la brouillasse qui tombait depuis plusieurs jours ne m’incitait pas vraiment à poireauter dehors. Mais, comme le monde est (parfois) bien fait, j’ai repéré une bouquinerie à quelques pas de là où je suis allé me réfugier.
C’est en fouinant dans les bacs que j’ai déniché cette petite pépite que j’ai commencé à lire aussitôt et que j’ai terminée un peu plus tard dans la journée.

 
À Lisbonne, pendant les vacances scolaires, Tifas est chargé de contrôler les billets des touristes dans le train qui longe la côte. Il fait équipe avec Luís, un collègue qui est aussi son meilleur ami.
Mais Luis va déménager et cette nouvelle attriste Tifas : il ne verra plus son ami tous les jours. Qui sait même si, avec l’éloignement, ils seront toujours amis dans quelque temps ? Tifas va se retrouver encore plus seul qu’avant, livré à lui-même toute la journée par une mère qui, lorsqu’elle ne travaille pas, rend visite à son père, pensionnaire longue durée à l’hôpital.
Un jour, dans le train, une touriste française demande à Tifas si elle peut le prendre en photo. D'abord incrédule, le garçon accepte puis, sous le charme de la jeune inconnue, ne pensera plus qu’à la retrouver, en ville ou à la plage. Mais la réalité s'accorde mal de chimères romantiques adolescentes…

 
On le savait déjà, Arnaud Cathrine n’a pas son pareil pour décrire les affres de l’adolescence avec sensibilité (pour mémoire, ici et ). 
Une fois encore, il livre un instantané criant de vérité de ce parcours scabreux sur le fil qui sépare et l’enfance du monde des adultes ; il dit toujours très justement la difficulté qu’il y a à trouver sa place, la souffrance de se sentir incompris, perdu et seul au monde. Mais au cœur de ce maelström émotionnel, il y a toujours de la place à l’espoir et au pressentiment d’un futur apaisé.

Sous des dehors faussement banals, Les Choses impossibles est un beau « petit » roman qui laisse au lecteur une empreinte profonde et durable.

Les Choses impossibles - Extraits

Arnaud Cathrine - Les Choses impossibles (L’École des Loisirs Medium, 2002)
 

Commentaires

  1. Je ne l'ai jamais lu... Mais woooh.. Ça me tente terriblement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'est l'auteur ou ce roman précisément que tu n'as jamais lu mais ma réponse sera la même : lis-le ! 😄
      Si tu n'as pas encore découvert l'univers d'Arnaud Cathrine, ce roman jeunesse est une très belle porte d'entrée. C'est ce qu'on appelle faire d'une pierre deux coups ! 😉

      Supprimer
  2. Comme toujours, un billet qui donne envie de lire encore cet auteur que j'adore déjà !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est formidable, c'est qu'en connaissant déjà l'auteur, on puisse encore se faire cueillir en moins de 100 pages. Il est trop fort ! 😄

      Supprimer
  3. Beau billet ! J'aime cet auteur et tu en parles si bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un beau roman jeunesse, comme j'aurais aimé qu'il y en ait quand j'avais cet âge. C'est rassurant de savoir qu'on n'est pas seul à être mal dans sa peau d'ado et qu'on n'est pas le seul à vivre ce sale moment .
      N'hésite pas à le lire si tu en as l'occasion ; c'est un peu comme une nouvelle teinte ajoutée à la palette de l'auteur.

      Supprimer

Publier un commentaire

Si le post auquel vous réagissez a été publié il y a plus de 15 jours, votre commentaire n'apparaîtra pas immédiatement (les commentaires aux anciens posts sont modérés pour éviter les spams).